Accédez au site du Conseil d'État et de la Juridiction Administrative
Accueil / Actualités du Tribunal / Communiqués de presse / EXPORTATION D’ARMES VERS LE YEMEN
9 juillet 2019

EXPORTATION D’ARMES VERS LE YEMEN

Le tribunal administratif de Paris rejette la demande d’annulation du refus de suspendre les licences d’exportation à destination des pays membres de la coalition impliquée dans la guerre au Yémen.

L’association « Action sécurité éthique républicaines » avait demandé au Premier ministre, le 1er mars 2018, de suspendre les licences d’exportation de matériel de guerre et matériels assimilés à destination de pays membres de la coalition impliquée dans la guerre au Yémen. Du silence gardé pendant deux mois par le Premier ministre sur cette demande était née une décision implicite de rejet, dont l’association demandait l’annulation.

 

Cette demande de suspension adressée au Premier ministre était fondée sur les dispositions de l’article L. 2335-4 du code de la défense qui prévoit que l’autorité administrative peut à tout moment suspendre les licences d’exportation qu’elle a délivrées, notamment pour des raisons de respect des engagements internationaux de la France.

 

Le tribunal s’est tout d’abord reconnu compétent pour connaitre de la requête de l’association dirigée contre le refus de suspension du Premier ministre, en estimant qu’il s’agissait, non d’un « acte de gouvernement », mais d’une décision administrative, détachable de la conduite des relations diplomatiques de la France, susceptible de faire l’objet d’un recours.

 

A l’appui de son recours, l’association « Action sécurité éthique républicaines » soutenait qu’en refusant de suspendre les licences d’exportation d’armes vers les pays impliqués dans la guerre au Yémen, le Premier ministre avait méconnu les dispositions de l’article L. 2335-4 du code de la défense ainsi que les stipulations des articles 6 et 7 du traité sur le commerce des armes et de la position commune n° 2008/944/PESC du conseil européen du 8 décembre 2008, en raison de la commission de crimes de guerre, de crimes contre l’humanité et d’attaques contre des civils.

 

Le tribunal a écarté cette argumentation en jugeant que ces stipulations internationales, qui ont pour objet exclusif de régir les relations entre les Etats, ne pouvaient être utilement invoquées par l’association requérante.  Il a, en conséquence, rejeté la requête dont il était saisi.

Contact presse :

Sébastien Davesne – sebastien.davesne@juradm.fr

Madiane de Souza Dias – madiane.desouzadias@juradm.fr

> Lire le jugement n°1807203

A savoir